Semences, Normes et Paysans : Consultations bilatérales sur le système semencier malien et son cadre juridique

Les premiers résultats de l’étude ont permis d’alimenter les discussions dans quatre consultations séparées, réunissant plus d’une centaine de représentants des parties prenantes du secteur semencier au Mali. Les ateliers de deux jours ont rassemblé tour à tour les organisations maliennes du Comité ouest africain des semences paysannes (COASP-Mali), les agriculteurs des coopératives de multiplication de semences certifiées de l’Association des organisations des producteurs professionnels (AOPP), une diversité de producteurs membres de organisations faîtières nationales et des relais en agroécologie paysanne de la Coordination nationale des organisations paysannes (CNOP). Un atelier de travail avec les services étatiques, les institutions de recherche et des ONG a complété la première phase du processus.

Les ateliers de concertations ont notamment permis de :

  • Renforcer les capacités des organisations paysannes dans la compréhension des enjeux sur les lois et règlements qui concernent les semences au Mali ;
  • Confirmer l’existence de deux systèmes semenciers complémentaires, mais souvent en concurrence : celui des semences certifiées et celui des semences traditionnelles/paysannes qui valorise la biodiversité ;
  • Clarifier les concepts clés et les besoins complémentaires en information et en formation pour les organisations de producteurs ;
  • Formuler des recommandations au sein des organisations paysannes pour la reconnaissance des semences paysannes, dont l’élément principal est la nécessité de compléter le cadre juridique en clarifiant le statut de ces semences et les modalités de leur utilisation par les différents acteurs ;
  • Établir les bases d’un cadre de concertation pour instaurer un dialogue multi-acteurs pour la reconnaissance et la promotion des semences traditionnelles/paysannes ainsi que les droits des agriculteurs à librement utiliser lesdites semences;

Par la suite, à la demande des organisations paysannes, une rencontre de l’ensemble ces organisations réunissant la CNOP, l’AOPP et le COASP-Mali a été organisée en décembre 2016. Cette rencontre avait pour objectif de faciliter le rapprochement les positions des différentes organisations et d’envisager une stratégie commune quant à la clarification du statut des semences paysannes, et leur promotion au Mali. Cette rencontre dite “de convergence “a débouché sur des éléments de stratégie commune s’articulant principalement autour de 2 axes :

  1. Un axe de renforcement du système semencier paysan basé sur les semences traditionnelles/paysannes, les savoir-faire et les savoir-être des paysans qui produisent en agroécologie paysanne.
  2. Un axe de plaidoyer politique et réglementaire pour défendre et promouvoir les droits des paysans dans les instances de décisions pour une reconnaissance officielle des semences paysannes et des droits des agriculteurs.

A l’issue des travaux, un groupe de suivi a été mis en place afin d’affiner la stratégie et de proposer des éléments de contenus quant au plaidoyer à mener. Ce groupe est composé d’une vingtaine de personne dont 5 personnes proposées par chacune des organisations participantes, la CNOP, l’AOPP et le COASP–Mali, de cinq personnes ressources dont deux de BEDE et de l’ IRPAD, les structures qui facilitent le processus SNP. Ce groupe aura la tache de faire avancer le processus vers son objectif en 2017.