Atelier “Pour une approche conjointe de la biodiversité et de la nutrition au Mali :
opportunités et défis”
(6 et 7 décembre 2016 à Ségou, Mali)

Un atelier de réflexion et une conférence publique

C’est sous ce titre qu’un atelier de réflexion organisé par BEDE les 6 et 7 décembre 2016 en collaboration avec la COFERSA et la FAO a réuni experts en nutrition et en biodiversité issus des services de la FAO de Rome et du bureau de la FAO au Mali, des ministères maliens, de la recherche scientifique, des organisations paysannes et de la société civile. Cet atelier de réflexion a permis de faire émerger des  recommandations pour une meilleure prise en compte de la biodiversité naturelle, cultivée et élevée, dans les politiques de nutrition et dans leur mise en œuvre au Mali.

L’atelier a été suivi d’une conférence publique sur le même thème, occasion de  partager ces recommandations.

Étude “Biodiversité et nutrition”
En vue d’organiser cet atelier, BEDE a réalisé en octobre 2016 une étude préliminaire afin de « recenser les secteurs pertinents et les objectifs de développement au Mali pour lesquels il est possible de prendre en compte des considérations relatives à la biodiversité en faveur de la nutrition ».

Cette étude a principalement été orientée pour identifier les pistes pour la mise en œuvre au Mali des Directives volontaires de la FAO pour la prise en compte systématique de la biodiversité dans les politiques, programmes et plan d’action nationaux et régionaux relatifs à la nutrition. [1]
Ces Directives récentes (janvier 2016) ont été élaborées au sein de la Commission des ressources génétiques de la FAO. Elles servent à aider les pays à mieux utiliser et valoriser la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture dans leurs programmes relatifs à la nutrition afin de lutter contre toutes les formes de malnutrition. Elles visent notamment à promouvoir spécifiquement la connaissance, la conservation, la mise en valeur et l’utilisation de variétés et de cultivars de plantes et de races d’animaux utilisés pour l’alimentation, ainsi que des espèces sauvages, négligées ou sous utilisées qui contribuent à la santé et la nutrition.

L’étude réalisée s’inscrit dans l’un des premiers principes de ces Directives, à savoir « Recenser tous les secteurs pertinents et les objectifs de développement pour lesquels il est possible de prendre en compte des considérations relatives à la biodiversité en faveur de la nutrition, y compris les actions de suivi menées par le pays dans le sillage de la deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2) ». Elle tente de répondre à la problématique suivante : Comment le Mali peut-il répondre aux besoins conjoints de la production et de la nutrition tout en respectant la biodiversité ?

Fondée sur des références issues de la littérature institutionnelle et scientifique complétées par les résultats pertinents de programmes et projets réalisés par les organisations de la société civile, cette étude a ainsi permis d’établir un premier état des lieux des politiques et autres textes, mais aussi des initiatives qui font le lien entre biodiversité, nutrition et production. Lors de l’atelier, la version provisoire de l’étude a servi de base de travail pour permettre aux principaux acteurs concernés par le sujet de la compléter, et de dégager des pistes d’actions et de recommandations pour la mise en œuvre des directives volontaires au Mali. Elle est aujourd’hui complétée et sera bientôt disponible.

> Lire / Télécharger l’étude “Biodiversité et Nutrition”

[1] Étude soutenue par la FAO et réalisée par BEDE dans le cadre du projet FAO “Multi-Partner Programme Support Mechanism (FMM)” : « Renforcement des capacités et sensibilisation aux méthodes et approches de l’agriculture intégrée ainsi qu’aux politiques publiques pour l’agroécologie au Mali ».