Dynamiques semencières en réseaux

Montage mains et semences

Pourquoi l’autonomie semencière est-elle cruciale pour l’autonomie alimentaire ?
Aucune transformation écologique de l’agriculture n’est envisageable sans la maîtrise locale, par les paysans, de la sélection des semences. Les changements climatiques sont toujours plus prononcés et chaotiques, ce qui exige d’adapter régulièrement la diversité variétale des cultures. Or les droits d’usage des paysans sur leurs semences, de les reproduire, les multiplier, les échanger, les vendre, sont menacés par des cadres normatifs des semences industrielles (catalogue, droit de propriété COV et brevet…). Les variétés paysannes traditionnelles sont aussi dénaturées par les plantes génétiquement manipulées et brevetés (OGM) du commerce. Les organisations paysannes travaillent à reconstruire des droits collectifs et des systèmes semenciers autonomes pour protéger leurs semences et faire évoluer leurs plantes selon leurs besoins.

Mur peint Les semences paysannes sont les meilleures, TogoMur peint au Togo “Les semences paysannes sont les meilleures. Valorisons-les!”

Sélection paysanne  > Qu’est-ce qu’une semence paysanne ?

Cases et maisons de la semence

Rencontres, bourses et échanges de semences et plants

Formations “Semences paysannes”

Septembre 2015 : Rencontres Internationales “Sème ta résistance ! Les semences paysannes nourrissent les peuples” organisées avec le RSP et le Village Emmaüs de Lescar-Pau à Lescar-Pau.

Mali : Depuis 2016, un processus de réflexion et d’échanges pour organiser la protection des droits des agriculteurs maliens sur leurs semences paysannes :
> Semences, normes et paysans (Consultations multilatérales, étude, atelier multi-acteurs et cadre de concertation).

Afrique de l’Ouest : Atelier “Transformation des systèmes semenciers et accaparement des ressources génétiques au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest”, organisé par le Réseau mondial pour le droit à l’alimentation et à la nutrition et la Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau – Afrique de l’Ouest (CGLTE-AO) à Ouagadougou, Burkina Faso, du 22 au 24 novembre 2017.
BEDE y a participé à la fois en tant que membre du Comité Ouest-Africain des Semences paysannes (COASP) et de la CGLTE mais aussi comme partie prenante du Programme de recherche CoEx sur la coexistence des systèmes semenciers (> En savoir plus). Il a été proposé de mutualiser les activités afin de renforcer la coordination entre les différents réseaux faisant partie de la CGLTE-AO. Lors de l’atelier, un programme d’action commun a été dressé par les participant.e.s issu.e.s d’une dizaine de pays de la région. > En savoir plus

RÉSEAUX “SEMENCES PAYSANNES” :

A LIRE  :

Photo KabylieGreniers Foire Djimini 2011photo oignons en fleurCelles (34) Bourse graines SLL 052013