“Semences, normes et paysans”, un processus de réflexion et d’échanges pour organiser la protection des droits des agriculteurs maliens sur leurs semences paysannes

Contexte

La semence est l’un des facteurs essentiels de production en matière agricole dont la qualité joue un rôle essentiel dans l’amélioration de la production. L’un des objectifs de développement agricole des autorités maliennes est la mise à disposition de semences de qualité au profit des paysans. Pour ce faire, un système de production et de diffusion de semences améliorées certifiées est mis en place.
Parallèlement à cette filière de semences certifiées, il existe une autre filière de semences traditionnelles et paysannes produites et diffusées à travers les pratiques paysannes.
Les deux systèmes semenciers sont soutenus par un cadre juridique national, sous régional et international qui mérite d’être clarifié et compris par tous les acteurs. Au niveau national, ce cadre ne semble prendre en compte que les semences certifiées, et se trouve peu adapté aux variétés traditionnelles et paysannes. Les droits des agriculteurs sur ces variétés qu’ils ont conservées et diversifiées s’en trouvent fragilisés.
Il apparaît donc important de réfléchir à un mode de protection de ces droits et des ressources génétiques sur lesquelles ils portent. Des textes internationaux auxquels le Mali a adhéré comportent des éléments intéressants visant cette protection. La mise en œuvre de ces instruments au niveau national pourrait offrir des pistes de solution à cette situation.

Processus de réflexion mis en place

C’est dans ce cadre que l’Institut de Recherche et de Promotion des Alternatives en Développement (IRPAD), et BEDE ont initié un processus de réflexion intitulé « Semences, Normes et Paysans : Construire un cadre de concertation multi-acteurs sur le cadre normatif des semences et les droits des petits producteurs au Mali ».
L’objectif final de cette initiative est d’arriver à mettre en place un espace de dialogue qui puisse dégager un cadre juridique consensuel protégeant les droits des petits producteurs maliens sur les semences traditionnelles/paysannes.
L’initiative engagée par l’IRPAD et BEDE est prévue en plusieurs phases dont la première a été une étude destinée à faire un état des lieux du cadre normatif et institutionnel des semences végétales au Mali qui a été réalisée  dans la première moitié de l’année 2016.

Étude

> Étude “Semences, normes et paysans”

Consultations bilatérales

Le processus s’est poursuivi par une série de Consultations bilatérales sur le système semencier malien et son cadre juridique, organisées en 4 ateliers.

Atelier multi-acteurs pour la création d’un cadre de concertation

et, en septembre 2017, un atelier multi-acteurs a abouti à la création d’un Cadre de concertation pour la reconnaissance des semences paysannes et des droits des agroculteurs au Mali.

> Lire l’article paru dans Mali Express (Source :  Ansary, malinet.net) : “Semences paysannes au Mali : vers la reconnaissance légale d’un système paysan dont la légitimité ne fait l’ombre d’aucun doute !”