“Semences paysannes, plantes de demain”
de Robert Ali Brac de la Perrière
(Ed. Charles Léopold Mayer, oct. 2014)
A l’heure où les modèles de l’agriculture industrielle se révèlent insoutenables aussi bien pour l’environnement que pour les agriculteurs et les consommateurs, la stratégie d’adaptation la plus prometteuse devrait se fonder sur un entretien de la biodiversité des cultures. A contre-courant du modèle productiviste encourageant la standardisation, les pionniers en agroécologie ont développé en quelques années de nouvelles pratiques d’utilisation de la diversité cultivée à partir de semences paysannes. C’est en essayant d’adapter leurs plantes à des systèmes moins intensifs, moins exigeants en énergie et moins polluants qu’ils ont établi une autre référence pour l’agriculture, non seulement en terme de biodiversité cultivée (environnement, intrants, nutriments…), mais aussi à travers un changement de mode de fonctionnement social. Celui-ci, en total décalage avec les ressorts pratiques de l’agroalimentaire de masse fondé sur la rentabilité et la concentration des profits, s’appuie sur l’échange des variétés et des savoir-faire, la mutualisation et la recherche collaborative. Point d’entrée de la reconversion de l’agriculture vers le bio, les semences paysannes s’imposent comme les premières sources des plantes de demain. CouSempaysPlantesdemain2
“L’auteur revient sur les actions qui ont transformé, dans les trente dernières années, la protection de la biodiversité agricole en montrant comment les modes de conservation des espèces traditionnelles ont fini par devenir un élément des stratégies de lutte et de construction d’alternatives dans la production alimentaire et dans la conduite des activités agricoles. […] Ce livre est loin des listes habituelles de tous les maux du monde ; il vise davantage à fournir une analyse des solutions de transformation et notamment des semences paysannes comme outil essentiel de la transition écologique de l’agriculture. ”
(Extraits de la préface d’Antonio Onorati, président du centre international Crocevia, ONG italienne, qui suit notamment pour la société civile les négociations sur les ressources génétiques et sur la souveraineté alimentaire à la FAO)

Lire l’article de Jean-Pierre Tuquoi sur le site Reporterre: Tout comprendre de la guerre entre semences contrôlées et paysannes.

Pour le commander : Editions Charles Léopold Mayer
ou BEDE : > Téléchargez le bon de commande